Loading...

UNE ATTENTE DE SENS ET D’EFFICACITÉ QUI SE DÉPLACE DES ÉTATS VERS LES ENTREPRISES

26 Janvier 2018

Cette envie de politique se manifeste dans la volonté de voir les entreprises prendre le relais sur un certain nombre de sujets face à des Etats et des gouvernements jugés parfois défaillants ou en tout cas incapables désormais de tout gérer seuls.

60%* des Français pensent que « les entreprises ont aujourd’hui un rôle plus important que les gouvernements dans la création d’un avenir meilleur », 64%** « que c’est une bonne chose que les entreprises prennent part au débat public pour défendre les valeurs auxquelles elles croient » et 33%** « que c’est une bonne chose que les entreprises parlent de politique. »

Les Etats sont en effet challengés sur un certain nombre de pouvoirs régaliens dont ils détenaient jusqu’à maintenant le monopole : challengés sur la question de la loi avec la place prépondérante occupée aujourd’hui par les activités de lobbying, challengés sur les questions sécuritaires avec la montée en puissance des entreprises de sécurité privée, dans nos territoires ou sur les terrains de guerre, challengés évidemment sur la question de la monnaie et plus largement sur celle des transactions avec l’émergence des monnaies virtuelles et de la Blockchain.

65% des Français pensent ainsi que « les Etats et les gouvernements ont de moins en moins de pouvoir pour changer les choses » et 81% que « les Etats ont aujourd’hui plus que jamais besoin des entreprises pour les aider à transformer la société. »

A l’inverse, le pouvoir économique, financier, technologique et humain des entreprises n’a jamais été aussi central pour porter des projets de transformation de la société.

Pour 73% des Français, « les entreprises ont plus de pouvoir que jamais pour transformer la société. ». Apple pèse désormais à elle-seule 900 milliards de dollars de capitalisation boursière, Samsung investit 14 milliards en R&D chaque année soit autant que l’Etat français, Toyota est plus riche que la Grèce… et le Danemark a nommé cette année un ambassadeur pour représenter ses intérêts auprès des GAFA.

65% des Français disent que « les entreprises ont plus de temps que les gouvernants pour faire aboutir des projets de transformation de la société. ». Et ils sont 67% à penser « que les projets de société les plus ambitieux sont aujourd’hui portés par des chefs d’entreprise. ». Pour 63% des Français, « il faudrait que la France nomme un ambassadeur pour traiter avec les très grandes entreprises du numérique. » Enfin, 63% pensent « que les grandes entreprises seront à l’avenir de plus en plus traitées comme des Etats. »

Documents